En Polynésie, le cas exceptionnel d’un cheval a créé le débat sur l’euthanasie animal.

En Polynésie, le cas exceptionnel d’un cheval a créé le débat sur l’euthanasie animal.

Né avec de mauvais aplombs, Manatea avait été acheté originellement pour les courses mais n’a jamais pu courir à causes de ses problèmes d’articulations. A 22 ans, laissé pour compte dans un enclos, des passants ont alerté les associations protectrices des animaux qui n’ont pu que constater l’état déplorable de l’animal :  Maigre comme un clou, marchant sur les boulets, ce petit cheval faisait peine à voir et a très vite attiré la volonté de le sauver.

La complexité du cas de Manatea donnait du fil à retordre. Ses tendons, et articulations déjà mal formées avaient fini par s’affaisser, déformer ses membres, jusqu’à ce qu’il ne puisse plus marcher autrement que sur les boulets, lui donnant ainsi des escarres et autres maladies. Ayant déjà du mal à supporter son propre poids, Manatea avait fini par ne plus manger, certainement pour éviter de souffrir. Au vu de l’âge avancé du cheval, l’euthanasie aurait certainement dû être le choix premier, mais les militants de la protection animale voulurent croire en lui et décidèrent de tenter le tout pour le tout.

Une question d’euthanasie

Pendant trois mois, l’association s’était donc occupé de lui, l’ont nourri, et ont essayé de le remettre sur pieds… Et c’est cet élan de bonne volonté avait fini par créer un vrai débat autour du cas de ce cheval, car au vu de son état, cela s’apparentait à de l’acharnement thérapeutique.

Le maréchal ferrant qui a vu l’évolution de Manatea ne passa pas par quatre chemins : « Ce cheval est né avec un mauvais aplomb, c’est une malformation génétique. Avec son poids, au moins 250 kilos même s’il est maigre, il s’est affaissé avec le temps jusqu’à marcher sur les boulets. Même avec du ferrage on ne peut rien faire, il ne pourra plus jamais marcher normalement alors qu’un cheval a besoin de courir ! Il y a cinq ans, on le voyait à l’hippodrome et il était bien, mais aujourd’hui il a 22 ans, il est vieux. Un vieux, tu ne le feras pas grossir. Et les associations l’ont ramené de Tiarei, où il était dans un pré avec un sol mou où il pouvait s’allonger. Aujourd’hui, dans la terre dure, on voit qu’il a beaucoup d’escarres et de bobos, ce n’est pas bon pour lui. Il reste six heures par jour allongé, alors qu’un cheval ne se couche jamais plus de 40 minutes par jour. Il mange allongé ! Dans son état c’est de l’acharnement thérapeutique, il faut le laisser partir. »

Un habitué de l’hippodrome de Pirae va également en ce sens : « Ce cheval souffre et il n’y a rien à faire pour lui. Il avait été acheté pour faire des courses, mais il n’a jamais pu courir à cause de graves problèmes aux tendons. Il est resté en pâturage, mais cela ne s’arrange pas […]. S’il grossit, ça le fait encore plus souffrir, donc il ne mange plus. Ce cheval, il faut « l’endormir » pour qu’il ne souffre plus »

 

La volonté de vivre de Manatea…

Mais les bénévoles qui s’étaient occupés de lui n’étaient pas d’accord et trouvaient que Manatea avait encore la volonté de vivre et restait vif. « Ceux qui disent ça sont des gens qui ne l’ont jamais vu, qui n’ont jamais parlé avec le vétérinaire qui le suit depuis le début. Et on n’a jamais vu ces gens qui nous accusent d’acharnement, alors qu’on est à l’hippodrome cinq heures par jour. Ceux qui viennent le voir observent qu’il va bien » assure Alice, de l’association Eimeo Animara. « Ils ne savent pas ce qu’on fait pour lui, on est quatre personnes à être près de lui tous les jours. Nous, on se contente de le nourrir, de lui changer son eau et ses pansements, et c’est tout. On ne le gave pas de médicaments pour le garder en vie, alors que c’est ça de l’acharnement thérapeutique. On le laisse se lever et se balader comme il veut. Un cheval qui veut se laisser mourir, il ne se lèvera plus. Lui, il a toujours la volonté de vivre. Tous les jours il est debout pendant au moins huit heures. Il mange. Donc on ne le force à rien, on ne lui donne pas de médicaments, il est où l’acharnement ? Il a juste eu deux fois des antibiotiques, et deux fois des anti-inflammatoires. Mais lui, il a envie de vivre, il adore voir les autres chevaux. Il a fait des bisous à une pouliche cette semaine dans la clairière… Et il botte encore le soir quand il en a marre. Il n’est pas à l’agonie. »

 

Bien qu’animé par l’envie de voir Manatea se rétablir, l’association restait lucide. Elle savait que l’euthanasie n’était pas loin et que rien n’était gagné : « Depuis trois semaines, ses boulets sont gonflés. On attend les résultats de la prise de sang, mais à l’heure où je vous parle, il y a encore une chance de le sauver. Il a un vétérinaire référent depuis le premier jour, on est quatre soigneuses à nous occuper de lui, et jamais nous ne laisserons souffrir ce cheval s’il n’y a plus aucune chance. Il y a trois semaines, il était au plus mal, et on a failli l’euthanasier avant de le voir s’améliorer. On l’aime trop pour le voir souffrir, on ne fait que l’accompagner. Si les résultats de l’analyse que nous aurons lundi sont mauvais, nous n’hésiterons pas. »

Suivi par les vétérinaires depuis son arrivé, Manatea a passé des examens sanguins. Le 15 mai 2017, il a dû être euthanasié suites aux résultats de ces derniers : Il avait développé un cancer du foie fulgurant, qui n’apparaissait pas sur les analyses il y a trois semaines.

Le sort de ce cheval avait provoqué un vrai débat sur la maltraitance animal et le droit de ces derniers à vivre en Polynésie. Les bénévoles et l’association qui l’ont suivi ont accepté, non sans une certaine émotion, son départ dans l’au delà. « Comme on l’avait dit, nous ne voulions pas le laisser souffrir. Quand le vétérinaire nous a dit que ce n’était plus possible de le sauver, nous avons décidé de le laisser partir avant qu’il ne souffre. »

Note de CRCV : Nous avons une pensée toute particulière pour ce loulou, et les personnes qui l’ont suivi, nourri, loger, et ont cru en lui. Manatea s’est battu pour vivre.

Sources informatives et origines des images

http://www.tahiti-infos.com/Le-cheval-maltraite-ne-va-pas-mieux_a160860.html

http://la1ere.francetvinfo.fr/polynesie/tahiti/cheval-manatea-etat-desespere-473747.html 

http://www.tahiti-infos.com/Le-cheval-Manatea-est-decede-ce-week-end_a160952.html

Cet article est un résumé de l’histoire de Manatae et peut éventuellement comporter des erreurs.

Related posts