Sharing is caring!

J’ai acheté un ancien cheval de course !

Quand Laura monte pour la première fois Sosthène, elle a le coup de foudre. Une semaine plus tard, elle part le chercher pour le mettre dans son centre équestre. Mais une fois sur place, elle découvre l’impensable… 

CRCV s’est lancé dans une série d’interview avec leur propriétaire afin de vous faire découvrir ce que c’est, réellement, d’acheter un cheval réformé des courses.

Les chevaux réformés ne sont pas des équidés comme les autres. Très tôt entraînés au galop ou au trot attelé, ils intègrent rapidement les codes de la course hippique : Courir vite et bien. Une fois réformés, ces chevaux nécessitent souvent un cavalier expérimenté. Généralement jeunes (entre 2 et 4 ans), ce sont des adolescents qu’il faut bien éduquer, parfois plus âgés (entre 5 et 10 ans), ce sont des adultes qu’il faut reconvertir à l’équitation de sport ou de loisirs. Adopter un réformé, c’est une vraie responsabilité. 

« Suite à un gros traumatisme à cheval, j’ai dû me séparer de la jument qui partageait ma vie depuis 4 ans. C’était une petite trotteuse sortie des courses qui m’avait ouvert son cœur comme aucun autre cheval. Un jour, j’ai eu ce besoin d’aider à nouveau un cheval, de me remettre en selle avec un cheval froid et délicat envers moi.

Mon regard se porte alors sur les PS, en ayant connu quelques-uns vraiment remarquables. Le fait est qu’un soir, la cavalière à qui j’ai vendu ma jument m’a envoyé une annonce… Un petit PS pas très joli, à vendre pas très cher, qui a été réformé car il s’était blessé et ne voulait plus rentrer en piste. Il osait même se coucher avec le jockey sur le dos !

Au moment de l’essai, j’ai vécu le galop comme une délivrance,

Sur un coup de tête, je suis allée le rencontrer, et ce fut le coup de foudre. Son doux regard, son corps frêle et pas du tout harmonieux qui cachait un grand cœur. Au moment de l’essai, j’ai vécu le galop comme une délivrance, moi qui avait fait du trotteur compliqué pendant des années. Je ne voulais plus quitter. J’ai rappeler le soir même pour l’acheter. J’allais le chercher une semaine après.

Arrivée à la maison, il perd ses fers, devient boiteux des 4 pieds. Immontable

C’est là que le rêve a failli s’effondrer. Arrivé à la maison, il avait perdu ses fers (il m’a été vendu avec une vielle ferrure…), et était devenu boiteux des 4 pieds. Immontable. Le véto est venu, et on découvre des choses qu’on ne savait pas: le bassin était décalé suite à une ancienne luxation aux courses. il faut un ferrage orthopédique… 1 mois et demi de rééducation sans être sûr du résultat. Il risquait de devenir une tondeuse à gazon. Mais je n’ai pas abandonné. Je le marchais donc en ligne droite, on allais à la plage, et en balade au pas. On s’attachait l’un à l’autre. Je ne le forçais jamais, et me contentais de peu, on respectait le protocole…

Sosthène était en bonne voie de guérison physiquement, mais pas mentalement

Deux mois plus tard, le véto revient, et alors que je n’étais pas certaine d’en faire un cheval de loisir… il était en bonne voie ! Mais mon cheval restait terne… Le corps allait mieux, mais pas la tête. Je décidai alors de le changer de vie. Je quittai le club que j’aimais pour son bien-être à lui. On passe d’une pension paddock à une pension pré avec box ouvert h24, foin à volonté, zone plus calme, nourriture de qualité supérieure. Et là… ! Sosthène commença à jouer au pré. Il avait l’œil plus vif, et son poil brûlé au soleil devint brun et brillant. Il redevint lui-même… On commença un travail plus poussé … Et je découvre un cheval talentueux au possible ! Un vrai miracle ! Lorsque le véto est repassé, il déclara que Sosthène était apte à toutes les disciplines. Il avait réussi ! Le bassin était remis, la forme était là ! L’avenir est devant.

Aujourd’hui, petit chat a pris beaucoup de caractère, il est redevenu un cheval un vrai. Il n’est plus le cheval de débutant pépère que je recherchais, mais il est encore plus intéressant que cela… Parce que son changement de caractère, on l’a vécu ensemble, et qu’il est signe de bonne santé, de progrès.

Photos d’en haut : Avant || Photos d’en bas : Après

Moi qui n’avait pas sauté depuis très longtemps, moi qui suis encore traumatisée de beaucoup de choses, je prends mon courage à deux mains et Sosthène et moi on se pardonne mutuellement… On apprend.

Les pur-sang sont extraordinaires. Leur cœur est d’une grandeur incroyable. Ils ne demandent qu’à redevenir eux-mêmes, qu’à être écoutés. Il ne faut pas les monter tout de suite, mais attendre, observer, et écouter. Les regarder évoluer physiquement, se lier à vous… Prendre le temps de savoir de quoi ils ont envie. Ils ont un vécu différent des chevaux de selle qu’il faut toujours prendre en compte. J’ai eu la chance d’avoir un cheval qui s’est donné complètement : depuis Octobre 2016, il maîtrise déjà les départs au galop du pas, travailler bas et rond, changer de pieds, déplacement latéral au pas, épaule en dedans… Et ce n’est pas grâce à mon « talent » ! Seulement à ma manière de lui demander les choses…

Quand on achète un réformé, il faut à tout prix connaître son passé et les raisons de sa réforme

Je suis consciente d’avoir beaucoup de chance : Mon PS n’a pas de tendinite, pas d’ulcère, il a très bien vécu l’hiver dehors, il ne se blesse jamais (je touche du bois !, il est rustique, il s’est super bien remis… Mais ce n’est pas toujours le cas ! Quand on achète un réformé, il faut à tout prix connaître son passé et les raisons de sa réforme afin de ne pas avoir de surprise comme moi. Les frais peuvent très très vite monter, il faut le savoir.

Même si j’ai foncé dans cette aventure sur un coup de tête, je ne regrette pas. C’était le destin, j’ai trouvé ma perle… Et ensemble on se guérit mutuellement. ! »

Un grand merci à Laura pour son témoignage ! Vous aussi, vous avez acheté un cheval réformé des courses et souhaiteriez témoigner ? Envoyez-nous un message en cliquant ici 🙂

%d blogueurs aiment cette page :